5-7/09/17 Colloque « Le Rêve des Formes. Art, Science & Cie », au Collège de France

Parallèlement à l’exposition « LE RÊVE DES FORMES Art, science, etc. » au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre 2017, Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques au Collège de France et Alain Fleischer, directeur du Fresnoy – Studio national des arts contemporains ont organisé  un colloque qui se tient les 5, 6 et 7 septembre au Collège de France. Les mathématiques seront représentées notamment  le 6 à 11h, avec L’étrange agitation des formes du Jeu de la vie de John Conway, par Jean-Paul Delahaye, Professeur Émérite à l’Université de Lille ; à 15h, avec Formes vivantes, par Annick Lesne, Directrice de recherche, CNRS,LPTMC, Paris et IGMM, Montpellier ; le le 7 à 10h avec Les formes de l’intelligence collective David Chavalarias, Directeur de recherche CNRS, Centre d’Analyse et de Mathématique Sociales, Directeur, Institut des Systèmes Complexes, Paris Ile-de-France

Programme complet du colloque ici

Katja Novitskova, Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger

Katja Novitskova, Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger

27-3005/2017 18e Salon de la culture et des jeux mathématiques

Le 18e Salon de la culture et des jeux mathématiques (place Saint-Sulpice – Paris 6e) organisé par le Comité International des Jeux Mathématiques est l’occasion de rencontrer des chercheurs et des passionnés autour d’ateliers ludiques et pédagogiques : pavages, graphes, chambres de miroirs, puzzles géométriques, jeu de hex, Qui est-ce ?… et énigmes, initiation aux sciences du numériques et café-chercheur pour rencontrer, décontracté, ceux qui font les maths de demain !

Voir le programme

 

 

17/05/2017 Les plantes font-elles des mathématiques (bien avant nous) ? Conférence de Stéphane Douady à l’IHP

Mercredi 17 mai, de 18h à 20h,  Stéphane Douady (CNRS, Université Paris Diderot) donnera une conférence grand public à l’IHP, amphi Hermite. L’entrée est gratuite, après inscription en ligne.
Résumé : Les plantes ont a première vue des formes trop variées et complexes. Mais justement, elle peuvent présenter des formes fractales parfaites, bien plus mathématiquement pures (et simples) que les cours de la bourse ou les côtes de l’Esterel. Et cela peut s’expliquer par leur algorithme même de croissance. Elles s’amusent aussi à présenter des arrangements de feuilles ou fleurs, avec des nombres de spirales qui sont exactement des nombres de Fibonacci. Comment l’expliquer ? Encore une fois, en regardant comment les plantes poussent, on voit qu’elles sont contraintes de suivre des règles d’addition qui mènent directement à Fibonacci. Enfin, la forme des feuilles a l’air irrégulière et très variable. Pourtant, elles peuvent aussi souvent être seulement construites avec des règles géométriques simples comme les ribambelles de papier. Bref ces exemples nous montrent qu’au lieu de regarder les plantes comme des compagnons bien immobiles et décoratifs (ou nourrissants), nous pourrions les regarder un peu mieux et nous en inspirer.

13/05/2017 L’OULIPO et les maths, conférences à l’INHA

Dans le cadre du colloque international « L’OULIPO et les savoirs », qui se tient les 11 et 12 mai à l’Université Paris Diderot, et le 13 mai à l’INHA, 2 rue Vivienne. L’après-midi du 13 mai est consacré aux mathématiques. Pour en savoir plus, consultez le programme de ce colloque.

A retrouver à la bibliothèque, une riche biographie du fondateur de l’OULIPO, François le Lionnais :

Olivier Salon, Le disparate François Le Lionnais : tentative de recollement d’un puzzle biographique.  Le Nouvel Attila, 2016. [cote 01.8 LEL 16]